La vie d’un stage de méditation

A quoi s'attendre quand on part 2 jours suivre un stage de méditation pleine conscience? Découvrez de l'intérieur la vie d'un stage.

Récit d’un stage de méditation pleine conscience en Drôme

La clé de Sol est un lieu d'accueil de stages en Drôme qui se définit comme un relais de conscience.
Bienvenue à la clé de Sol, un lieu d’accueil qui se définit comme un relais de conscience

Au coeur de la Drôme

Dans le petit salon de la Clé de Sol, 12 femmes me regardent. Sur les visages, je lis l’enthousiasme, la joie d’être là, la fatigue, parfois aussi un peu d’appréhension. Nous sommes rassemblées pour vivre un stage de méditation pleine conscience. Une immersion de 2 jours et demi sur le thème de la bienveillance et de l’auto-compassion. Le bla bla d’introduction est surtout là pour nous accorder, comme un corps d’orchestre avant de jouer sa musique.

« La force du groupe était porteuse, soutenante, bienveillante, pudique, respectueuse et sincère, authentique. Bref, ce groupe de femmes de tous âges était très chouette !« 

Dîner végétarien bio & local !

Notre premier dîner est une rencontre avec la cuisine d’Aurélie. De la beauté dans l’assiette, de la saveur et de la joie pour les papilles, Tous les produits sont bios et hyper locaux, le maraîcher habite au  coin de la rue, le boulanger vient du village voisin. Je suis à chaque fois surprise par la créativité de la cuisine végétarienne. Les épices amènent du goût, de la couleur mais aussi du soin. C’est notre parti prit pendant ce stage, sensibiliser à la façon dont l’alimentation peut soutenir notre énergie, nous nourrir sur le plan physique mais aussi sur des niveaux plus subtils.

Nous avons échangé et décidé de proposer des expériences. D’éviter, par exemple pendant les pauses (le matin notamment), les habituels petits gâteaux secs servis dans ce genre de stage. Ou encore, de décaler le sucré du salé, en proposant de servir le dessert quelques heures après la fin du déjeuner. Enfin, d’essayer une assiette complète dans une optique d’équilibre de la médecine ayurvédique.

Aurélie Tardy notre cheffe cuisinière pour le stage de méditation pleine conscience.
Une cuisine toute en saveur avec Aurélie Tardy notre cheffe cuisinière pour le stage de méditation pleine conscience en Drôme.

Aurélie a une présence douce, joyeuse et passionné par sa cuisine, avec le soin du détail. Elle vient nous raconter ce qu’elle nous a préparé avant chaque repas. C’est un vrai bonheur de l’écouter.

« La cuisine d’Aurélie était du pur bonheur, pour les narines, les yeux, les papilles, notre corps tout entier et surtout notre coeur. J’ai eu l’impression de manger de l’amour !« 

Les repas de notre stage de méditation se font dehors sur de grandes tablées.
La météo de notre stage de méditation fut magnifique. Nos repas se font dehors sur de grandes tablées.
Espace de repos dans le jardin de la Clé de Sol en Drôme.
Espace de repos dans le jardin de la Clé de Sol, un lieu de stage en Drôme.

Cercle d’ouverture du stage de méditation

Le cercle d’ouverture du stage de méditation offre à chacune un temps pour se présenter et dire pourquoi elle est là. Si beaucoup viennent des environs de Valence, d’autres ont traversé la France entière pour se joindre à nous.

Accompagner un groupe qui va vivre ensemble pendant 2 jours et demi est une première. Même si j’ai déjà animé de très nombreuses formations de plusieurs jours, je mesure la pression que je me mets, à mon mal de crâne. En ce début de stage de méditation, je suis concentrée sur ce que j’ai envie de transmettre et je goûte ma vulnérabilité. Je ne sais pas ce qui se va se passer, ni comment.

La vie du groupe lors d’un stage de méditation

Reliée à chaque personne, je mesure parfois les attentes importantes. Le groupe est en train de naître. Je suis touchée par la confiance que me témoignent ces femmes et émerveillée de la force de l’humain quand il se vit dans l’authenticité et le cœur.

La salle de pratique du stage de méditation est vaste et lumineuse.
La salle de pratique pour notre stage de méditation pleine conscience a une très belle énergie, propice à la pratique.

Pour cette « première fois », le groupe est un soutien, le lieu aussi. En préparant la salle est en ouvrant un espace sacré pour le déroulement, tout est en place. Les énergies sont harmonieuses, on se sent bien, on peut se poser.

L'environnement de la Clé de Sol, un beau champ de tournesol.
L’environnement de la Clé de Sol

Je sens dans de multiples détails et petites attentions l’expérience de ce lieu d’accueil. Être dans un contexte collectif de chambre partagée est déjà un challenge pour beaucoup. Celle qui dort mal en ce moment, celle qui ronfle, celle qui aime se coucher tard où se lever tôt, celle qui veut ouvrir la fenêtre ou au contraire préfère fermer pour les moustiques… Chacune a ses habitudes et c’est bien normal !

Réveil énergétique avec le Qigong

Au moment où le stage commence, je sais qu’il est inutile de chercher à regarder tout mon travail de préparation. Il est en moi et je le fais vivre en fonction de ce que le groupe demande. Le stage est un espace de co-création ou j’initie une impulsion et selon la façon dont cela résonne avec les personnes, les échanges se poursuivent. Les échanges sont la sève de la vie du groupe. La force d’un stage vient dans ce que chacun peut amener individuellement avec authenticité. Dans ce qui se dépose, parfois dans les larmes. Tout a sa place et tout est nécessaire. Beaucoup sont bouleversées avec le premier exercice. Certains morceaux de vie reviennent et réveillent des souffrances.

Chacun vit le stage de méditation à sa façon

Dans l’espace d’un stage, on peut faire tomber les masques et enfin les laisser sortir. Dans la vie réelle, parfois il faut faire face et continuer à avancer même si on a mal. Alors on se blinde et on anesthésie. Dans un stage, où on vient travailler tout autant sur le corps pour dénouer des tensions, que sur des émotions enfouies en nous que nous remettons en circulation pour qu’elles s’évacuent ou se transforment. Le cheminement est parfois difficile, mais il est aussi libérateur.

Chacun vit le stage à sa façon. Comme si l’on nageait dans un océan, on peut rester à la surface, plonger dans les profondeurs, selon nos besoins, notre vie et ce qui est prêt pour nous.

« J’ai beaucoup aimé les différentes approches utilisées, la méditation, l’introspection, l’intériorité mais aussi le travail dans l’intimité d’un binôme et avec la richesse du grand groupe. L’approche corporelle, physique, mais aussi théorique, expérientielle, graphique et énergétique, en lien avec la nature… Tout était très fort et complémentaire. Le ressenti « concret » de l’énergie était pour moi une grande découverte, un émerveillement! »

Dans tous les exercices que nous abordons, des méditations au travail corporel et aux temps d’échanges, je suis frappée par la qualité de la confiance, l’écoute, les liens qui se tissent.

« Le stage était une belle grosse bulle de sérénité, de bienveillance et de partage dans laquelle je me suis blottie pendant les deux jours.« 

Accompagner et transmettre

Je ne sais jamais ce que je vais dire dans les minutes qui suivent. Il y a une nécessité pour moi de lâcher-prise sur l’envie de contrôle pour que les choses se passent comme ceci ou comme cela et d’être totalement dans le moment présent. Le groupe a sa vie propre et c’est ce qui me touche dans cet accompagnement.

Chacun d’entre nous vit et traverse des moments difficiles dans sa vie. Nous rencontrons tout autant la tristesse que la beauté, la joie, l’amour. Nos vies rassemblent tout un ensemble d’états d’être. Nous pouvons apprendre à renforcer certains états d’être et les cultiver pour qu’ils puissent devenir des ressources et aussi à regarder avec bienveillance les états d’être plus difficiles, en essayant d’éviter de les juger ou de les critiquer.

Les piliers de la compassion

1. La pleine conscience : voir l’expérience sans l’ignorer ni l’exagérer.
2. Reconnaître son humanité en partage avec tous les hommes : se sentir en lien avec les autres dans l’aventure de la vie, plutôt que isolée et emprisonnée dans sa propre douleur.
3. Se considérer avec bienveillance : faire preuve de douceur et de compréhension envers soi-même au lieu de se critiquer et de se blâmer.  Il s’agit de s’offrir le droit d’être gentil avec soi-même. 

La compassion est une attitude de non résistance à ce qui est? C’est aussi une façon d’être avec toutes les parts de nous, y compris celles dont nous ne sommes pas toujours fier. Connaitre notre ombre et notre lumière fait de nous des êtres complets.

Des rencontres coeur à coeur lors du stage bienveillance et autocompassion
Des rencontres coeur à coeur, authentiques et sensibles

Être porté par la force du groupe

Dans ces échanges cœur à cœur où une personne livre un morceau d’existence, l’écoute ne fait pas disparaître la souffrance, mais elle lui permet d’être vue et accueillie sans la fuir parce qu’on a peur d’elle. C’est suffisant pour que les émotions se remettent en circulation et que le cheminement intérieur se fasse.

« Je me suis sentie guidée avec compétence, profondeur, tolérance et humanité. C’était très émouvant pour moi. Certaines prises de conscience ou approfondissements de points de vues m’ont aidée et m’aideront encore pour traverser la période difficile que je vis actuellement. Je suis pleine de gratitude ! Merci du fond du coeur ! »

Peu à peu, je vois les sourires remplacer les larmes de certains visages et la beauté de chacune rayonner.

Le stage est comme un morceau de tissus de notre vie que nous venons de tisser. Ce n’est peut-être quelques centimètres, mais c’est déjà beaucoup. Chacune a son rythme s’éveille

Notre groupe à la fin du stage de méditation pleine conscience sur le thème de la "Bienveillance et autocompassion". Drôme, été 2020
Notre groupe souriant et épanoui à la fin du stage

Merci à chacune d’entre vous !

Pour en savoir plus sur le lieu d’accueil de notre stage de méditation pleine conscience dans la Drôme : découvrir la Clé de Sol.

Vous avez aimé cet article ? Vous pourriez aimer : Pourquoi partir en retraite ?

>