Une journée au monastère

Un centre de méditation bouddhiste dans la tradition des moines de la forêt, en Birmanie

Histoire vécue – La vie à Shwe Oo Min en Birmanie

3h30 – Premier gong de la journée

Vu d’ici le réveil semble matinal, dans le contexte c’est avec beaucoup de naturel que j’émergeais des rêves de la nuit pour la première méditation. J’appréciais l’unique fraicheur de la journée, les ombres de la nuit qui laissent peu à peu la place à l’aube et cette qualité de vigilance très particulière qu’a l’esprit à ce moment là.

5h30 – Le petit déjeuner

Très attendu, car il vient après 18h de jeûne, le premier repas est constitué d’une soupe de nouilles avec des légumes. Souvent aussi, nous avons un petit paquet de gâteau ou une banane, que l’on garde précieusement pour plus tard.

6h30 – L’aumône des moines

Une journée au monastère dans la tradition des moines de la forêt en Birmanie
Les moines quittent les monastères tôt le matin. Ils marchent en file indienne, les plus anciens en premier, portant devant eux leurs bols à aumônes.

Avec le lever du soleil, les moines s’alignent en suivant un ordre strictement défini et se préparent à recevoir le riz donné d’abord par les retraitants et les nonnes, puis par les villageois. Ce rituel matinal commence dans l’enceinte même du monastère.

L'aumône des moines. La vie dans un centre de retraite bouddhiste de la tradition des moines de la forêt, en Birmanie.
Les moines recevant le riz donné par les villageois habitant au monastère Shwe Ooh Min Dhamma Sukha
L'aumône des moines. La vie dans un monastère bouddhiste et centre de méditation Vipassana dans la tradition des moines de la forêt, en Birmanie.
L’aumône des moines – Dons des villageois habitant au monastère birman

Ensuite, les moines sortent faire le tour du village.

L'aumône des moines. La vie dans un monastère bouddhiste et centre de méditation Vipassana dans la tradition des moines de la forêt, en Birmanie.
Les moines traversent le village à côté du monastère. La vie dans un centre de retraite bouddhiste de la tradition des moines de la forêt, en Birmanie.

A leur retour, ce riz sera collecté par le staff du monastère et servi à nous tous au déjeuner.
Ce qui m’a frappé tout au long de ce séjour est la très grande générosité des birmans envers la communauté monastique. En nature ou financiers, les dons sont nombreux.

7h-9h Temps de méditation

Le principe d’une longue retraite est de développer la pleine conscience au quotidien, soit une présence attentive à ce qui se vit à chaque instant (sensations, émotions, pensées). Ce « travail » démarre du moment où l’on se réveille, jusqu’au moment où l’on s’endort et n’est pas réservé aux temps de pratiques formelles comme les périodes de méditation assise ou marchée.

Temps de méditation dans un centre de retraite bouddhiste de la tradition des moines de la forêt en Birmanie
Méditation de pleine conscience, temps de pratique protégé des moustiques, dans un monastère en Birmanie

Ce qui m’a plu dans l’approche de U. Tejaniya (le chef spirituel du lieu) est la très grande autonomie dans la pratique accordée à chacun. Il y a certes un emploi du temps, mais il proposé à titre indicatif, après chacun se responsabilise. Ce qui était important pour moi était d’entrer dans le hall méditation en étant joyeuse. Sinon, je faisais autre chose. (Bon, bien-sûr les autres « activités » restent assez ciblées…)

Salle de méditation du monastère Shwe Oo Min Dhamma Sukha, un centre de retraite bouddhiste dans la tradition des moines de la forêt en Birmanie
Salle de méditation dans le monastère bouddhiste Shwe Ooh Min Dhamma Sukha en Birmanie

9h-10h30 Temps d’étude personnel

Il qui permet, par la lecture ou la réflexion autour de concepts, de mettre en lumière et de comprendre autrement l’expérience vécue. Cela peut aussi être un temps d’échanges avec les autres retraitants. (Sinon nous sommes en silence).

10h30 – Le déjeuner

Tout est très ritualisé. Les moines vont passer en premier, puis les nonnes, puis les retraitants (ce monastère est considéré comme très « moderne » car ici les nonnes passent avant les hommes…), ensuite le groupe des femmes. Là aussi, il y a une hiérarchie : d’abord les femmes birmanes avec les personnes âgées, etc. Vous avez compris la logique, quand le gong pour le repas résonnait, je n’avais pas besoin de me presser.

La file d'attente pour aller déjeuner dans le centre de retraite bouddhiste en Birmanie
La file d’attente pour aller déjeuner. La vie dans un centre de retraite et de méditation Vipassana en Birmanie

La nourriture est délicieuse : riz, légumes, tofu. Très épicée pour nos palais occidentaux malheureusement. Ce qui m’a manqué le plus sont les fruits, très peu proposés.

À partir de ce moment de la journée, jusqu’au coucher du soleil, la chaleur est tellement forte que nous sortons très peu, préférant rester près d’un ventilateur qui tourne quand l’électricité n’est pas coupée. Le reste de la journée s’organise ainsi :

13h-16h Temps de méditation

16h – Jus de fruit

17h-20h Temps de méditation

21h – Extinction des feux

On apprend du lieu et de son chef spirituel, mais aussi des gens qui nous entourent, pratiquants ou pas, des plantes, des livres amenés un peu au hasard parce-qu’on-ne-sait-jamais et un jour ouvert pile à la bonne page. Mais aussi de nos rêves, de la petite voix à l’intérieur, de quelque chose d’ancien qui refait surface et se transmet. L’enseignement est souterrain. Il n’est pas forcément spectaculaire, plus un glissement vers ses profondeurs.

>