Publié le

Faire une retraite spirituelle

Faire une retraite dans un monastère

Pourquoi faire une retraite ?

Faire une retraite spirituelle, c’est s’autoriser une pause de quelques jours à l’écart de tout ce qui fait notre quotidien. Se relier à nos dimensions profondes. Prendre du recul. Se reconnecter à la beauté du monde.

Si le désir de partir pour vivre ce temps d’introspection est impérieux, je constate à chaque fois que « caser » une retraite dans un agenda reste un défi.

En cette fin d’année 2021, j’ai tout organisé pour passer 3 semaines en longue retraite silencieuse dans le Vercors. Mais plus la date se rapproche, plus la liste des « choses à faire » se densifie. Alors chaque jour, je remets en question le départ. Je me dis que partir aussi longtemps est un luxe que je n’ai pas le loisir de m’offrir. Je vois le doute. J’observe cette agitation, les petits soucis à régler qui s’amoncellent et tout ce qui me décentre. Je vois ce besoin d’action devenir une addiction, le « toujours plus / toujours plus vite ».

S’autoriser une pause et le silence

Ces derniers temps j’ai vécu, comme beaucoup d’entre nous, une accélération. Un affolement dans mes perceptions du monde. Les journées font toujours 24 heures et pourtant la quantité d’informations que nous recevons et devons traiter s’amplifie. En conséquence, notre système nerveux sature. Nous sommes stressés et ce stress s’accumule très insidieusement. Tout doucement, nous glissons dans une sorte d’état de survie. Nous réagissons du tac au tac, de plus en plus à fleur de peau.

Tout est une histoire d’équilibre et de reconnaître quand il est rompu. Au quotidien, la méditation ou le travail corporel m’aide énormément. Mais parfois cela ne suffit pas. J’ai besoin de m’arrêter plus longuement, de m’autoriser une vraie pause. Être simplement, sans avoir à arriver au bout de ma « to do list ».

La retraite est une invitation au repos, au calme. C’est un cadeau que l’on se fait. L’espace de quelques jours, on se met à l’écart de son lieu de vie, on quitte ses habitudes, on entre dans un autre espace-temps. Elle permet l’intégration d’un vécu. La prise de recul.

Pour se poser, enfin.

Respirer.

Remettre au coeur ce qui fait sens.

Neige autour du lieu de retraite de méditation
L’hiver est la saison du repos et de l’introspection

Où partir en retraite ?

Faire une retraite spirituelle commence par trouver un lieu. « Où partir en retraite? » est une question qu’on me pose souvent et à laquelle il est difficile de répondre. Cela dépend… de vous, de votre pratique, de vos besoins. Car il y a autant de façons de faire une retraite que de personne.

Houx perlé de neige dans le Centre de retraite de méditation

Le lieu et ce qu’il propose comme encadrement est aussi très important. J’ai choisi d’aller dans le centre de Montchardon, dans le Vercors. C’est un lieu actif dédié au bouddhisme tibétain.

Centre de Montchardon
Le centre de Montchardon dans le Vercors

Contrairement aux lieux de retraite que j’affectionne tant aux USA (Spirit Rock ou Insight Meditation Society par exemple) ce centre bouddhiste est une congrégation religieuse. L’enseignement L’enseignement et la direction spirituelle sont assurés par un lama tibétain, le Vénérable Lama Teunsang qui y réside depuis plus de vingt ans.

Montchardon, un centre de méditation bouddhiste

La particularité de ce centre, est qu’il possible de venir (si on en a déjà fait l’expérience) faire une retraite spirituelle libre. Sans être encadré par un enseignant. Sans faire partie d’un groupe. C’est à dire pratiquer de façon formelle et informelle, en étant à l’écoute de son corps et de son âme, dans un lieu de silence habité par de belles énergies.

Stupa enneigé dans le centre de bouddhisme tibétain de Montchardon
Stupa enneigé dans le centre de bouddhisme tibétain de Montchardon

Une genèse incroyable

L’histoire de ce lieu soulève en moi un profond respect.

Montchardon est né de la vision humaniste d’un médecin psychiatre : Jean-Pierre Schnetzler. Frappé par la détresse psychique des personnes qu’il rencontre, Jean-Pierre Schnetzler veut aider autrement. Or, il est pratiquant bouddhiste depuis de longues années. Il trouve dans les enseignements traditionnels une approche très riche pour comprendre et accueillir ses souffrances afin de mieux vivre sa vie. C’est pourquoi il décide d’acheter une vieille ferme pour en faire cadeau à une congrégation tibétaine. L’objectif est qu’elle soit transformée en un centre d’étude et de pratique de bouddhisme. A priori, rien ne prédispose le centre pour être un lieu favorable. Pourtant, Lama Teunsang est envoyé en France pour mettre en oeuvre ce projet. Il ne parle pas le français et la ferme n’a ni chauffage, ni eau courante.

Nous sommes en 1975. Les premiers temps sont très durs et très peu confortables. Puis, les années passent entre constructions et aménagements grâce aux nombreux dons. Les enseignements de qualité attirent de plus en plus de pratiquant. Alors, le lieu grandit, se structure.

Le centre de retraite et d’étude de bouddhisme tibétain que l’on connaît aujourd’hui près de 50 après, peut accueillir des centaines de personnes. Une dizaine de résidents y logent toute l’année.

Méditation et silence

Décembre à Montchardon

La neige ne cesse de tomber pendant mon séjour, offrant une qualité de silence magnifique. Tout se pose autour de moi et en moi.

Drapeaux de prières Monastère bouddhiste
Drapeaux de prières
Stupa du centre de retraite de méditation dans le Vercors
Stupa enneigé

Comment se passe une journée de retraite ?

A part les 3 repas de la journée et l’heure de travail communautaire (que je vis comme une méditation même s’il s’agit de passer la serpillère dans le réfectoire), mon temps est libre. Je le passe entre méditations, marches, pratiques corporelles.

Il y a un temple pour les rituels où je vais en fin de la journée pour 1h30 de prières. Bien qu’elles soient en tibétain et que je ne comprenne rien, j’aime bien les sons des mots et les vibrations des instruments.

Le Temple coeur de prières

Le temps glisse tout simplement. Les jours se ressemblent. Peu à peu se crée en soi un espace de tranquillité, vaste.

En conclusion, faire une retraite spirituelle, c’est se poser. Intégrer. Trouver un temps d’équilibre. Prendre du recul et avoir une perspective pour discerner et faire des choix. Remettre du sens à la vie.

Cieux rougeoyant au centre bouddhiste tibétain Montchardon

Vous avez envie de partir en retraite plusieurs jours en étant accompagné? Découvrez en LIEN ICI la retraite Méditation Pleine conscience & Nature, du 2 au 7 juillet 2022

Vous méditez depuis quelques temps déjà et avez envie d’aller plus loin? Découvrez en LIEN ICI la retraite Méditation Développer la puissance du coeur, du 14 au 17 juillet 2022