L’âge de la responsabilité universelle

En bref

Indépendamment des religions, des questions d’éthique ou de moralité, la nouvelle réalité n’est plus une utopie, elle commence à prendre corps dans les consciences.

Un changement radical des mentalités

Trois grands principes permettent d’élaborer en profondeur ce nouveau paradigme:
• L’interdépendance du vivant.
• L’unité de la famille humaine.
• La responsabilité universelle.

Interdépendance du vivant

Chacun de nous est dans une interdépendance avec les autres formes de vie, humaines et non humaines.

La physique quantique contemporaine, en nous expliquant le principe d’intrication des molécules, rejoint l’essence même de cette compréhension de la réalité : nous sommes tous reliés, interconnectés. Tous les êtres vivants n’existent qu’en dépendance les uns des autres, pour se compléter mutuellement au service les uns des autres.
Les drames que nous vivons découlent de l’ignorance ou de l’incompréhension de cette notion : nous ne réussissons pas la plupart du temps à voir la relation entre tous les êtres.

L’interdépendance se situe au cœur de la réflexion sur la transition écologique dans notre société.

Seule la compréhension de ce principe peut nous aider à engager des actions justes, basées sur une meilleure motivation, pour aider la terre et nos semblables, résoudre et relever les défis que nous rencontrons, tout en saisissant la complexité des problèmes de notre temps.

Le système Terre fonctionne en interconnexions de cycles reliés à des processus d’ordre physique, chimique et biologique, énergétique, au niveau des phénomènes matériels mais aussi à un niveau plus subtil. Cette complexité est à la fois belle et insaisissable car il est difficile de comprendre tout ce qui se passe et de mesurer l’ampleur des répercussions d’un événement. Un changement en un lieu peut avoir un écho dans d’autres lieux, très éloignés dans l’espace et le temps. Il peut aussi être amplifié et affecter toute la planète.

La crise écologique nous confronte aux limites de nos facultés cognitives, non formatées pour déclencher le système d’alarme cérébral face à des périls se profilant à très long terme. Sur le plan émotionnel, nous ne craignons qu’un danger immédiat.

Un cycle se termine. Une nouvelle réalité commence basée sur la compréhension de l’interdépendance et ancrée sur le principe de responsabilité universelle.

La responsabilité universelle

Tous les défis de notre temps peuvent être affrontés, si nous développons un sentiment sincère de responsabilité et de bienveillance envers chaque être vivant.

Prendre soin de cette planète ne relève pas seulement de la responsabilité des gouvernements, c’est aussi de la responsabilité de l’humanité tout entière et de chacun d’entre nous.

La nouvelle réalité est l’expression d’une pensée globale, elle est universelle. Elle ne s’attache pas à une philosophie, une religion spécifique. Elle n’a pas de repli identitaire. Elle touche tous les hommes et le vivant.

Pour relever les défis de notre temps, les êtres humains auront à développer un sens plus grand de la responsabilité universelle. Chacun d’entre nous doit apprendre à travailler pour lui, sa famille, son pays, mais aussi toute l’humanité.

La responsabilité universelle est le fondement de la paix mondiale, de l’utilisation équitable des ressources naturelles, du soin apporté à l’environnement, du souci des générations à venir. Nous seulement sommes des visiteurs sur cette planète, présents pour un centenaire tout au plus. Pendant cette période, il est de notre responsabilité d’apporter notre contribution.
L’émergence de cette nouvelle réalité implique un temps intermédiaire : le temps du passage.

Le changement du monde s’effectue d’abord dans les consciences

Prendre conscience que tous les êtres vivants partagent la même planète

La responsabilité universelle transcende les différences de nationalité. Beaucoup de problèmes que nous rencontrons sont dus à un état d’esprit étriqué et beaucoup trop individualiste. Le respect pour autrui exclut l’agressivité et engage à choisir le dialogue pour résoudre les conflits. La seule solution est d’arriver à considérer que les autres font parti de nous, et de les traiter en conséquence.

Chacun peut agir

Aucune nation ne peut aujourd’hui résoudre seuls ces problèmes. Il est urgent de développer la compréhension, la coopération et le respect des différences.

Cultiver la compassion, l’amour et la solidarité

Le progrès actuel des sciences a, dans une certaine mesure, permis de résoudre les problèmes de l’humanité. Mais en ce qui concerne les questions globales, il est nécessaire de cultiver non seulement l’intelligence rationnelle, mais aussi d’autres facultés remarquables de l’esprit humain : le pouvoir de l’amour, la compassion et la solidarité.

De nouveaux modes de pensée sont devenus la condition nécessaire pour vivre et agir de manière responsable.

Reconnaître sa dimension intérieure

Cette transition n’est pas seulement énergétique, écologique ou sociétale, elle est aussi intérieure.

La transition intérieure donne du sens à toutes les autres et les rend possible. Elle consiste à retrouver une vérité existentielle. Une vérité de l’être.

Qu’ils nous viennent du dehors comme les guerres, la violence et le crime, ou qu’ils se manifestent au-dedans de nous, sous la forme de souffrances psychologiques et affectives, nos problèmes resteront sans solution aussi longtemps que nous continuerons d’ignorer notre dimension intérieure.

Il faut éduquer l’être humain à ne pas chercher des satisfactions à travers les moyens extérieurs sur le plan sensoriel mais à entraîner son esprit pour cultiver l’altruisme et à la compassion. Ce n’est ni une utopie ni une théorie, il y a des exercices très précis, dont la méditation fait partie. Transformer l’esprit signifie en éliminer les facteurs mentaux négatifs et destructeurs, les pulsions égocentriques qui déforment la réalité pour développer un moi responsable et bienveillance. Pour réussir être bienveillant envers les autres, encore faut-il avoir fait l’effort de se concilier avec soi en éliminant toutes les racines agressivité et de violence contre soi-même.

Cette éducation amène une véritable transformation de soi qui s’appuie sur une éthique laïque et le développement des valeurs humaines d’amour, de compassion, de pardon, de paix.

 

Voir le manifeste de la responsabilité universelle en suivant ce lien.